En ce moment
300 jours pour échanger!

Categories

Articles récents

Commentaires récents

  • Bravo !

    Wednesday, December 13 2017
    "Superbe initiative ! Bravo.
    Posté par Malka
  • Service impeccable!

    Tuesday, November 15 2016
    "Je cherchais désespéremment des chaussures pour les premiers pas de ma fille. Je suis tombée sur...
    Posté par Ricca

Entretien avec Babybook sur les conseils pour choisir la chaussure de son enfant

Entretien avec Babybook sur les conseils pour choisir la chaussure de son enfant
Entretien avec le magazine suisse pour parents "Babybook" sur le sujet du choix des chaussures pour les enfants

Voici l'entretien que nous avons donné au magazine suisse pour parents "Babybook" sur le sujet du choix des chaussures pour les enfants. Nous vous le livrons sur le blog en espérant qu'il pourra vous fournir une aide dans vos décisions. 

Quels sont les critères de choix d’une bonne chaussure pour enfants ? La question du chaussage de l’enfant est toujours un sujet délicat. C’est l’une des questions que se posent de nombreux parents. Nous connaissons tous l’importance que joue la chaussure dans le développement du pied et de la posture. De nombreuses études ont d’ailleurs montré que les problèmes de pied survenant à l’âge adulte  sont liés à de mauvaises chaussures portées durant l’enfance.

Pour faire le point sur le sujet, nous avons demandé à Julien Kervio, l’un des deux papas de Benjie Of Switzerland, la marque suisse de chaussures pour enfants, ce qu’il en pensait et quels étaient ses conseils pour mieux chausser nos rejetons.

Alors, Julien, tout d’abord, est-ce vrai, a-t-on raison de stresser les parents avec ce sujet ?

(rire) Je pense qu’il y a beaucoup de marketing autour de cela de la part des marques. Il est coutume de souvent mettre la pression sur les parents sur tel ou tel sujet pour les faire consommer plus, en tant que père je subis cela aussi… Cependant dans le cas des chaussures, on est au cœur de la posture de l’enfant et ce sujet mérite une attention particulière. En décembre 2014, j’ai eu la chance de pouvoir rencontrer l’un des professeurs de l’école Supérieure de Podologues de Genève. J’en ai gardé en synthèse une idée simple que je répète souvent aux parents : une bonne chaussure pour enfant doit assurer le confort, le maintien et la protection du pied mais, en aucun cas, le contraindre.

Concrètement, qu’est ce qui pourrait le contraindre ?

Je vois quatre types de contraintes qui peuvent exister. La première contrainte serait une chaussure dont la voute plantaire serait trop forte, surtout dans les petites pointures. Contrairement à ce qui est souvent cru, une voute plantaire trop importante n’est pas bonne. Il est vrai que le confort d’une voute plantaire douce est préférable à une « planche » dure, mais en aucun cas elle ne saurait être trop marquée. La seconde contrainte serait une chaussure qui aurait un axe de propulsion qui ne soit pas droit. Visuellement, il s’agirait d’une chaussure dont l’avant serait trop incurvé vers l’intérieur.  Quand vous choisissez un modèle, vérifiez cela. Naturellement, en grandissant, la torsion du tybia de l’enfant va s’effectuer vers l’extérieur. Cette forme de chaussure serait donc une contrainte pour ce mouvement naturel du tybia. En effet, jusqu’à 3 ou 4 ans, on ne sait pas si l’enfant aura ou non le pied plat. L’enfant doit développer sa musculature le plus naturellement possible. Si la semelle interne est trop marquée, cela va créer un biais dans le développement du pied. La troisième contrainte serait une chaussure avec une semelle trop dure. Elle empêcherait un bon déroulé du pied. C’est sous la tête métatarsienne, à la base des orteils, que s’exerce la pression maximum quand l’enfant marche ou court. La pliure de la chaussure doit donc être très bonne à cet endroit. Prenez le modèle dans les mains et pliez l’avant pour bien vérifier qu’il est souple et qu’il n’empêche pas le pied de se plier correctement. Le dernier point est lié à la taille de la pointure. 80% des problèmes liés à la chaussure pour enfant résulte du fait que l’enfant ne se rend pas compte lorsque celle-ci est trop petite, veillez donc à choisir une chaussure avec une semelle amovible afin de vérifier régulièrement la taille.

Au niveau des matériaux on entend souvent dire qu’il faut absolument du cuir, qu’en est-il ?

C’est clair, le cuir de nombreux atouts par rapport au synthétique.  C’est pour cela que je conseille toujours de privilégier une chaussure en cuir.  C’est la seule matière qui permet à la fois un confort optimal et un bon maintien. C’est bien simple, pour moi, une chaussure pour enfant devrait toujours être en cuir…

Quels sont ces atouts ?

C’est une peau qui a été utilisée par l’homme depuis  toujours pour fabriquer des chaussures et des vêtements car, c’est la matière régulante par excellence : chaud en hiver, frais en été! Contrairement à ce que l’on croit souvent, une chaussure en cuir l’été, est la garantie d’un pied maintenu au frais même en pleine chaleur. De plus, il est respirant. Il est notre meilleur allié pour lutter contre la transpiration des pieds de nos enfants. L’évacuation de la transpiration se fera naturellement à travers les pors du cuir, le pied restera au sec. Les odeurs, les cloques ou même les micoses sont minimisées au maximum avec le cuir. Enfin, le confort est incontestablement meilleur. En tant que parents, faîtes le test vous-même : quelle sensation de confort lorsque le pied pénètre dans une chaussure à l’intérieur en cuir ! Que dire des sièges d’une belle berline… Cette sensation est tout simplement due au fait que le cuir est doux. Il limite ainsi les blessures liées aux frottements. Il épouse la forme du pied naturellement et agit comme une caresse à son contact.

Les enfants abîment souvent vite leurs chaussures, y a-t-il un moyen de ralentir cette usure ?

Là encore, le cuir sera un atout. Marcher, courir, sauter à cloche pied… Les chaussures de nos enfants ont intérêts à être souples ! Le cuir est une matière naturelle très souple qui s’adapte aux mouvements en se pliant. C’est un matériau naturel qui s’use moins vite que les matériaux synthétiques. Il résiste aux déchirures et à la perforation. De plus, avec le temps, il évolue, il se patine et vieillit sans perdre sa robustesse.

 

Tous les cuirs se valent-ils ?

Et bien non… tous les cuirs ne se valent pas ! Fiez-vous à vos sensations plus qu’aux arguments marketing : le touché et l’odeur sont de bons marqueurs et ne trompent pas. On se rend vite compte si un cuir râpe et semble en dentelle ou au contraire, s’il est doux et a de la tenue. Concrètement le meilleur cuir est dit « pleine fleur ». C’est un cuir dont on a gardé l’épaisseur originelle de la peau. Il est donc plus résistant, plus souple et de meilleure tenue. Le côté « fleur » est le côté  lisse (partie extérieure) et le côté « croute » est l’intérieur, le coté granuleux. Certains industriels vous vendent du cuir mais ne garde que la croûte. Il n’y a donc pas de côté fleur, la peau a été coupée en deux pour faire des économies. Pour lui redonner un aspect lisse, ils l’enduisent de vernis ou de produits comme le polyuréthane. C’est bien sûr une partie de plus faible qualité. De façon générale, renseignez-vous aussi sur l’origine du cuir. L’Europe du sud dispose d’un savoir-faire cordonnier très ancien associé à une règlementation européenne très stricte en matière de traitement. Elle proscrit le tannage du cuir au Chrome VI à cause de son impact écologique et des conséquences sanitaires sur les ouvriers qui le manipulent. De plus les particules de métal déposées peuvent provoquer des allergies sur les pieds des enfants. La réglementation en Asie est moins stricte…

Vérifiez enfin ce qui est en cuir et ce qui ne l’est pas. Certains tirent en effet les prix vers le bas en proposant du cuir à l’extérieur mais en gardant un intérieur en synthétique… Ainsi les propriétés  dont je vous parlais tout à l’heure se perdent !

Les parents se demandent également souvent quand il faut chausser l’enfant pour la première fois ?

Avant 6 mois, inutile de parler de chaussures car… un enfant ne marche pas ! C’est en rampant ou quatre pattes qu’il explore le monde qui l’entoure. A cet âge, les pieds de bébé sont mous et souples. Pour bien se développer, ils ne doivent pas subir de contraintes. Il ne faut donc surtout pas mettre de chaussures rigides à un enfant de cet âge. Vous pouvez par contre opter pour des chaussons, en cuir pour un confort maximum. Le but de ces chaussons pourra être de trois sortes : protéger le petit pied du froid, couvrir les extrémités en cas de choc ou… donner un petit côté branché à son bébé ! A partir du moment où votre enfant commence à se tenir debout, le plus souvent vers 8-9 mois, il est recommandé de le chausser avec des chaussures premiers pas.

Quelles sont les caractéristiques d’une bonne chaussure premiers pas ?

Les caractéristiques d’une chaussure premiers pas sont les suivantes :  la semelle est antidérapante pour offrir une parfaite adhérence au sol et permettre à bébé de trouver son équilibre facilement. Elle doit aussi être souple pour ne pas entraver le développement des muscles du pied de l’enfant. La chaussure peut également disposer d’une tige haute qui permet de maintenir la cheville et de la protéger contre les chocs…mais, le contrefort arrière reste souple de façon à caler le pied tout en douceur, sans le contraindre. C’est la condition pour que la petite cheville puisse se muscler naturellement. A l’avant, la chaussure doit être solide et permet de protéger les orteils contre les chocs. Enfin, à l’intérieur, la voûte plantaire ne doit pas être très prononcée, contrairement aux idées reçues, de façon à ne pas entraver le développement du petit pied encore très mou.

Y a-t-il d’autres astuces pour choisir sa première paire?

En plus des éléments listés plus haut, je vous incite à être attentif à deux points : pour ma part je conseille  pour la chaussure de tous les jours une chaussure à lacets ou à boucles. Cela évitera à bébé de les enlever continuellement, surtout avec un double nœud. Certains clients cependant préfèrent les velcros pour l’intérêt pratique. Ce n’est pas mal du tout, mais  ils sont plus faciles à défaire par l’enfant ! Autre astuce : repérez les détails malins qui faciliteront votre quotidien, comme l’ajout d’une fermeture éclair latérale si avez opté pour des lacets. Cela facilitera l’enfilage de la chaussure et vous permettra de chausser bébé facilement. C’est valable d’ailleurs pour les plus grands aussi.

A quel rythme doit-on changer les chaussures de son enfant ?

Jusqu’à 3 ans, les pieds des petits prennent en général une pointure tous les 2 à 3 mois. Attention donc à bien les surveiller. Une pointure équivaut à 6 millimètre, c’est-à-dire l’épaisseur d’un pouce. Après certains enfants font des poussées d’un coup. Je revois parfois des mamans qui, deux mois après l’achat d’un 19, viennent prendre du 21 !

Mais comment être sûr qu’il est temps de changer ?

Un enfant se plaindra rarement que ses chaussures sont trop petites. Des signaux permettent cependant de le repérer : la chaussure se déforme au-dessus des orteils, votre enfant bute du pied sur l’avant et trébuche ou enfin, tout simplement, vous devez forcer pour enfiler la chaussure le matin. Dans tous les cas, préférez une chaussure avec une semelle amovible. Vous pourrez ainsi contrôler très facilement la pointure de votre enfant en lui demandant de poser le pied dessus !

Peut-on passer les chaussures de l’ainé aux cadets ?

Evidemment je vous dirai non, bien que je comprenne l’envie d’économies des parents. Je raconte souvent aux parents que j’en suis convaincu car j’en ai fait l’expérience quand j’étais encore étudiant à l’Uni ! Un ami m’avait vendu pour 20.- une paire de Reebok, je m’en rappelle encore, que j’adorais. Il les  avait portées seulement un mois. Elles sont malheureusement restées dans le placard car elles s’étaient formées à son pied et je n’étais pas du tout confortable à l’intérieur. J’ose imaginer ce qui se passe sur un petit pied avec, en plus, un enfant qui se plaindra rarement….Préférez une marque au bon rapport qualité prix pour ne pas avoir à vous priver de bien chausser les cadets.

Qu’en est-il des enfants qui ont un problème au niveau du pied ?

La première chose est bien sûr d’écouter le médecin ! Les enfants qui ont un problème avéré au niveau des pieds, soit depuis la naissance (pied bot par exemple), soit qui est survenu ensuite, sont suivis et traités.. Pour leur traitement, ces enfants ont souvent besoin de porter des semelles correctrices qui sont fabriquées par un podologue dans le but de corriger un mouvement qui s’effectue mal. Dans ce cas, une chaussure ayant une semelle amovible est indispensable afin de pouvoir la remplacer par celle réservée au traitement. Si le médecin préconise par ailleurs une bonne tenue de la cheville, il faut regarder pour des modèles montants, en cuir (plus de tenue que le synthétique) et avec un contrefort existant pour maintenir l’arrière du pied.

Vous parliez tout à l’heure de sensations, mais faut-il prendre en compte l’avis de nos enfants ?

Et oui, il faut bien reconnaître que c’est un point essentiel. La question qu’il faut gérer en tant que parent est celle des goûts des enfants qui ne sont pas toujours les nôtres… Avant de partir dans l’aventure Benjie, j’avais, en tant que papa un avis assez tranché sur la question : c’est à nous adulte de décider, point. Si la question du budget reste bien sûr notre arbitrage, je me rends compte au fil des années qu’écouter l’enfant est très important. D’abord parce que, dès 4 ans environ, il est assez sûr de ces sensations et du confort qu’il éprouve ou non dans un modèle. Ensuite, parce qu’acheter une paire de chaussure c’est aussi un plaisir et qu’un enfant qui n’aime absolument pas le style d’une paire rechignera toujours à la porter. Ce serait dommage. Après, reste à décoder ce qui relève d’un caprice ponctuel et ce qui constitue un refus définitif… Bon courage ! (rires)

Avez-vous un dernier conseil à donner ?

Fiez-vous à votre instinct ! Je pense qu’en tant que parents, nous nous rendons assez rapidement compte de ce qui sera bon pour notre enfant. Mais nous doutons souvent. Repérez les magasins ou le personnel est compétent. Les pieds des enfants sont délicats et les modèles sont tous différents. Il est donc normal d’essayer plusieurs styles, de discuter avec le vendeur, de faire des essais. Ce n’est pas une science exacte et c’est toujours une victoire que de voir dans son magasin, un enfant qui a le sourire parce qu’il a trouvé chaussure à son pied!

Posté par Julien Kervio

0 Commentaire

Commentaire 0

Laissez un commentaire

Reload

Soumettre